Exposition | 17.01. - 13.04.2020

Games

Exposition

Dans le monde, 2,5 milliards de personnes jouent aux jeux vidéo. L’exposition emmène les visiteurs et visiteuses dans un voyage dans le temps à travers les quelque 50 ans d’histoire du jeu vidéo. Phénomène marginal au départ, les jeux sont devenus des moyens de divertissement complexes et sont aujourd’hui un élément majeur de notre culture. L’exposition retrace l’évolution historique et technique des jeux vidéo, des arcades à la réalité virtuelle, et aborde des aspects perçus comme préoccupants. Des stations de jeu invitent à plonger dans des mondes virtuels et à tester soi-même les jeux.

Let's play!

Articles sur le blog

Alexander Rechsteiner

29. janvier 2020

L’histoire des jeux vidéo

Faire manger des points à Pac-Man, libérer la princesse avec Mario et Luigi ou encore éliminer ses ennemis dans Fortnite... les jeux vidéo marquent depuis près de trois générations l’enfance de millions de personnes. Retour sur cinquante ans d’histoire.

Plus…

Marc Bodmer

17. janvier 2020

Ping-pong et chasse au renard

Simplissimes, les premiers jeux vidéo? Certes, mais il y a 50 ans, le plaisir de jouer était déjà au rendez-vous. Brève rétrospective.

Plus…
Tous les articles du blog

Medias

Games

Musée national Zurich | 17.1.2020 - 13.4.2020
Date de publication 15.1.2020

Il y a quelques années encore, les jeux vidéo étaient considérés comme un gadget scientifique. Aujourd’hui, ils sont devenus l’un des loisirs les plus appréciés. Le Musée national Zurich dédie une exposition à ce phénomène extraordinaire.

En quelques décennies, les jeux vidéo sont passés d’un gadget scientifique développé dans des universités américaines à un secteur économique mondial. Cette branche encore jeune, dont le chiffre d’affaires a augmenté entre 2016 et 2019 d’environ 22 milliards à près de 123 milliards de dollars, connaît plus de succès que l’industrie cinématographique d’Hollywood.

De nos jours, près de 2,5 milliards de personnes, soit un tiers de la population mondiale, jouent aux jeux vidéo. La fascination pour les jeux vidéo a émergé aux États-Unis dans les années 1950. William Higinbotham a permis à tous les allergiques du sport de jouer au tennis, confortablement assis sur leur canapé. Le «Tennis for Two» de ce physicien a été le deuxième jeu vidéo du monde et a marqué le véritable début du développement de ce loisir. Dans les années 1970, les jeux vidéo étaient devenus un facteur économique non-négligeable. Les jeux électroniques avaient gagné les salons et étaient commercialisés comme une activité en famille. Dans le même temps, ils s’étaient également imposés dans les espaces publics. Dans les salles de jeux, ils firent sérieusement de la concurrence aux flippers, jusque-là très appréciés. Cela marqua le début d’un âge d’or: celui des jeux d’arcade. Dans les restaurants, les centres commerciaux ou les aéroports, on pouvait jouer à des jeux comme «Pac-Man» ou «Space Invaders», et quelques amateurs dépensaient tout leur argent de poche dans ces célèbres caisses.

Une décennie plus tard, les premières LAN-parties voyaient le jour. Des joueurs se réunissaient et connectaient leur ordinateur au réseau local, afin de jouer ensemble à des jeux vidéo. Parfois, ils remplissaient des halles entières. Dans le même temps, l’industrie de l’ordinateur développait des appareils portables et permettait ainsi de jouer en ligne et ailleurs que chez soi. Au début du nouveau millénaire, les jeux vidéo ont enfin été associés à la réalité virtuelle. La possibilité de plonger entièrement dans les univers des jeux fut une expérience tout à fait nouvelle.

Le fait que les jeux vidéo soient devenus un facteur économique mondial s’est très tôt accompagné de points négatifs. De nombreux jeux sont basés sur un système de récompenses, que l’on peut obtenir soit en franchissant une épreuve difficile, soit en versant de l’argent. Cela est problématique avant tout pour les jeunes joueurs et enfreint parfois la loi relative aux jeux de hasard. Le jeu de survie «Fornite» fait actuellement l’objet d’importantes critiques. À l’automne 2019, une action collective a été intentée contre l’entreprise de fabrication Epic Games. Il lui est reproché d’avoir volontairement programmé son jeu de façon à générer une forte dépendance chez les jeunes. L’affaire est encore en attente de jugement.

Mais dans les jeux vidéo comme dans la vie en général, tout est une question de mesure. La nouvelle exposition «Games» au Musée national Zurich retrace l’histoire fascinante du jeu vidéo et invite visiteuses et visiteurs à venir jouer dans un décor caractéristique de chaque période. Sur ces bonnes paroles… let’s play!

 

Mini jeu pour l'exposition

Images

Description

Visuel de l’exposition «Games»

Copyright: Musée national suisse / Roli Hofer

Description

Tennis for two, 1958

Copyright: Brookhaven National Laboratory

Description

Screenshot Pong

Copyright: Atari

Description

Screenshot Space Invaders

Copyright: Taito

Description

Screenshot Minecraft

Copyright: Mojang

Description

Screenshot Beat Saber

Copyright: Hyperbolic Magnetism

Description

Apple Macintosh Plus 1 von 1986

Copyright: Musée national suisse

Description

Regard sur l’exposition

Copyright: Musée national suisse

Description

Regard sur l’exposition

Copyright: Musée national suisse

Description

Regard sur l’exposition

Copyright: Musée national suisse

Description

Regard sur l’exposition

Copyright: Musée national suisse

Achevé d’imprimer

  • Direction générale: Andreas Spillmann
  • Direction du projet et commissaires d’exposition: Michael Kempf, Selina Stuber
  • Conseil scientifique: Alice Ruppert
  • Scénographie: Alex Harb
  • Graphisme bornes interactives: Etter Studio, Zürich
  • Graphisme key visual: Roli Hofer
  • Contrôle du projet: Sabrina Médioni
  • Marketing et publicité: Andrej Abplanalp, Anna-Britta Maag, Sebastiano Mereu, Carole Neuenschwander, Alex Rechsteiner
  • Direction technique: Mike Zaugg
  • Montage de l’exposition: Bachir Ezzerari, Marc Hägeli, Mike Roder, David Schwitter
  • Bornes interactives: Tweaklab AG, Basel
  • Préparation et montage des objets: Tino Zagermann
  • Logistique d’objets: Christian Affentranger, David Blazquez, Reto Hegetschweiler, Simon d’Hollosy
  • Prêts: Maya Jucker
  • Médiation culturelle: Stefanie Bittmann, Maria Iseli
  • IT et Web: Thomas Bucher, Pasquale Pollastro, Danilo Rüttimann, René Vogel

Prêts d’objets

  • Ivo Vasella, Zürich
  • Musée Bolo - Musée de l'informatique, de la culture numérique et du jeu vidéo