Keyvisual der Ausstellung Sagen aus den Alpen

Légendes alpines

Exposition | accessibility.time_to

accessibility.sr-only.body-term

Exposition

Il était une fois une poupée de paille prenant vie, de verts pâturages transformés en déserts de pierres ou une femme-animal... Nous vous accueillons dans l’univers des contes et des légendes suisses. Les contes fantastiques sont peuplés d’évènements surnaturels et menaçants et s’y côtoient, en un démoniaque sabbat, esprits, sorcières, dragons, et parfois même le diable en personne. Les légendes historiques reposent quant à elles sur des faits ou des personnages réels ou présumés de l’Histoire. Elles sont toujours rattachées à un lieu réel et conçues de manière à être crédibles. La Sennentuntschi, le pont du diable, les légendes de Blüemlisalp, autant de merveilles de la tradition alpine qui n’attendent qu’à être racontées et transmises…

Medias

Légendes alpines

Musée national Zurich | 16.12.2022 - 23.4.2023
Date de publication 14.12.2022

De la Blüemlisalp au pont du diable en passant par Guillaume Tell, l’espace alpin est peuplé de légendes. Le Musée national Zurich a choisi de vous en raconter quelques-unes.

Il était une fois une poupée de paille prenant vie, de verts pâturages alpins transformés en déserts de pierre ou une femme-animal... Bienvenue dans l’univers des légendes alpines. Contrairement aux contes, les légendes semblent «vraies», car elles font toujours référence à des lieux réels. Cette impression de vérité est particulièrement marquée dans les légendes historiques, où des personnages réels ou présumés de l’Histoire sont mis en scène dans des lieux existant réellement. La légende de Guillaume Tell et de son héroïque tir dans la pomme est la plus célèbre d’entre elles. Originaire de la mythologie nordique, elle s’est parfaitement acclimatée aux traditions de la Suisse centrale et a évolué au fil du temps en un véritable mythe fondateur de la Suisse. La force de ce héros légendaire est telle qu’il peut jouer plusieurs rôles : il nous emporte dans sa rébellion contre le souverain, il nous fait ressentir notre propre besoin d’indépendance et il nous donne le courage de résister. Par la suite, il est élevé en statue de héros national et son arbalète devient même un label de qualité pour les produits suisses.

C’est Hans Schriber, le chancelier d’Obwald qui, en 1470, fixa pour la première fois sur papier la légende de Guillaume Tell dans le Livre blanc de Sarnen. Quelques 250 ans plus tard, une autre légende fut elle aussi immortalisée sur papier. Il s’agit de la Blüemlisalp, publiée en 1707, par le médecin et naturaliste Johann Jakob Scheuchzer. Un vacher vaniteux vivant dans l’abondance d’un alpage fertile gaspille les dons de la nature tandis que les villageois souffrent de la faim dans la vallée. Mais il refuse de partager sa richesse se moquant même des villageois affamés dans leur vallée. En guise de châtiment, son alpage fertile se transforme en un désert de pierre et de glace. Dans la région alpine, il existe diverses variantes de cette légende dont Scheuchzer reconnut le caractère édifiant.

Quel que soit leur degré de vérité, les légendes fascinent encore les hommes d’aujourd’hui. Et, quand aux heures tardives, les ombres s’allongent et se déforment soudain en un démon qui, hurlant et rugissant, se précipite d’une falaise, il est alors facile de comprendre dans sa chair l’effroi que nous content encore les hommes de jadis.

Images

Sgraffite représentant un dragon et Mélusine, Cinuos-chel (GR)

La légende de Mélusine voit le jour au début du XVe siècle. Vouée à se transformer chaque samedi en une sorte de serpent, Mélusine épouse Raymond de Poitiers à condition qu’il ne cherche jamais à la voir ce jour-là. Il brave néanmoins l’interdit et Mélusine s’enfuit sous la forme d’un dragon ailé.

Photo: Christian & Hans Meisser © Fototeca dal DRG

Peintures au spray sur les légendes alpines, La poupée des bergers, Hans Jörg Leu, 2020

Par ennui et par malice, les bergers confectionnent une poupée. Ils lui donnent à manger du fromage et de la crème, ils jouent, bavardent avec elle puis abusent d’elle. À leur grande surprise, la poupée prend soudain vie. Elle se venge sur l’un des bergers, le tue et tend sa peau sur le toit.

© Hans Jörg Leu, Baden

La météo des sorcières, Michael Greyff, 1489

Le don des sorcières de provoquer des évènements climatiques est une croyance très ancienne et l’un des chefs d’accusation très souvent retenu contre elles du XVe au XVIIIe siècle. Dans les régions alpines, on les accuse de déclencher des avalanches, des glissements de terrain, des chutes de pierre ou de déchaîner la furie destructrice des eaux.

ALBERTINA, Vienna

Tapisserie représentant le pont du Diable, vers 1820 – 1825

La légende du pont du Diable est connue dans toute l’Europe. Le diable y exige partout des âmes en contrepartie de ses services. Les Uranais parviennent à le duper en lui donnant, pour seul tribut, l’âme d’un bouc qu’ils pourchassent pour le pousser à traverser le pont.

Musée national suisse

Vue du fameux pont du Diable, Christian von Mechel (1737 – 1817), vers 1790

Le pont du Diable est également un motif récurrent des paysages représentés pour satisfaire le goût des touristes. La route du Gothard étant une voie de communication majeure, elle figure dans de nombreuses vues de l’époque.

Musée national suisse

Découpage illustrant l’histoire de Tell, 1820 –1830

La légende du virtuose archer défiant l’autorité du souverain par l’héroïque tir dans la pomme est une variante des légendes de héros modernes largement répandues en Europe du Nord et dans les Îles Britanniques. C’est sous le nom de Guillaume Tell que cette légende est immortalisée pour la première fois en Suisse dans le Livre blanc de Sarnen. Plus tard, grâce au drame de Schiller de 1804, sa réputation s’étend au-delà de l’espace germanophone.

Musée national suisse

Carte postale, Salutations du pont du Diable, 1904

Il existe diverses variantes de la légende du pont du Diable. Ici, c’est un bouc que l’on pousse à traverser le pont ; ailleurs, un chien que l’on appâte de l’autre côté avec de la viande.

Musée national suisse

Sennentuntschi

L’unique poupée des bergers (ou Sennentuntschi) authentique connue à ce jour provient du mayen Masciadon, situé dans le Val Calanca. La figurine, composée de bois, de tissu et de cheveux humains, mesure 40 cm de haut. Elle a rejoint la collection du Räthisches Museum de Coire en 1986.

Musée national suisse

Regard sur l’exposition.

Musée national suisse

Regard sur l’exposition.

Musée national suisse

Regard sur l’exposition.

Musée national suisse

Regard sur l’exposition.

Musée national suisse

Regard sur l’exposition.

Musée national suisse

Contact presse du Musée national suisse

+41 44 218 66 63 medien@nationalmuseum.ch

Impressum de l’exposition

  • DIRECTION Denise Tonella
  • COMMISSAIRES D’EXPOSITION ET CONCEPTION Pia Schubiger, Daniela Schwab
  • RESPONSABLE DU PROJET Daniela Schwab
  • SCÉNOGRAPHIE Martina Nievergelt, Zürich; Ralph Nicotera Szenografie und Innenarchitektur, Männedorf
  • CONSEIL SCIENTIFIQUE Peter Egloff
  • ASSISTANTE DU PROJET Noemi Albert
  • COMITÉ CONSULTATIF Heidi Amrein, Beat Högger, Markus Leuthard, Sabrina Médioni, Denise Tonella
  • CONTRÔLE DU PROJET Sabrina Médioni
  • MÉDIATION CULTURELLE Gerda Bissig, Lisa Engi, Vera Humbel
  • GRAPHISME PUBLICITAIRE Manu Beffa, Zürich
  • CONCEPTION GRAPHIQUE Clavadetscher Gestaltung für Kultur und Wirtschaft, Schwyz
  • DIRECTION TECHNIQUE Henrike Binder
  • AMÉNAGEMENT DE L’EXPOSITION Bachir Ezzerari, Ladina Fait, Marc Hägeli, Philippe Leuthardt, Sophie Lühr, David Schwitter
  • DIRECTION DES TRAVAUX DE CONSERVATION Alexandra Schorpp
  • CONSERVATION ET MONTAGE D’OBJETS Natalie Ellwanger, Anna Jurt, Jürg Mathys, Ulrike Rothenhäusler, Alexandra Schorpp, Tino Zagermann
  • PRÊTS ET LOGISTIQUE D’OBJETS Christian Affentranger, David Blazquez, Simon D’Hollosy, Reto Hegetschweiler, Laura Mosimann, Markus Scherer, Samira Tanner, Angela Zeier
  • PHOTOGRAPHIE Jörg Brandt
  • PHOTOTHÈQUE Andrea Kunz, Fabian Müller
  • IT | WEB Pasquale Pollastro, Thomas Bucher, Danilo Rüttimann, René Vogel
  • BORNES INTERACTIVES Thomas Bucher, Pasquale Pollastro, René Vogel; Tweaklab AG, Basel
  • ANIMATION ET SOUND INSTALLATION Movl GmbH Charlotte Germann; Tweaklab AG, Basel
  • MARKETING ET COMMUNICATION Andrej Abplanalp, Anna-Britta Maag, Sebastiano Mereu, Carole Neuenschwander, Alexander Rechsteiner
  • TRADUCTIONS Marie-Claude Buch-Chalayer, Peter Egloff, Gabriela Holderegger, Laurence Neuffer, Giovanna Planzi, Nigel Stephenson

Prêts d’objets

  • Gotthelf Zentrum Lützelflüh
  • Hans Jörg Leu, Baden
  • Historisches Museum Obwalden, Sarnen
  • Kloster Disentis, Disentis / Mustér
  • Monsieur Pierre-Yves Tribolet, Le Mont Pélérin
  • Museum der Kulturen, Basel
  • Museum Schloss Thun
  • Museum Sursilvan, Trun
  • Rätisches Museum, Chur
  • Region Viamala, Thusis
  • Staatsarchiv Graubünden, Chur
  • Staatsarchiv Uri, Altdorf
  • Tell-Museum, Bürglen
  • Universitätsbibliothek Basel
  • Verkehrshaus der Schweiz, Luzern
  • Zentralbibliothek Zürich